Une passerelle dans le Temps

1 Fév

Image

Isis suit un compte géré par la Suède qui confie chaque semaine à un de ses citoyens le soin de tweeter, à sa manière, ce qu’il a envie de dire sur la version suédoise de vivre l’humanité.

Cette fois, c’est une expatriée américaine mariée à un Suédois qui tweete son intérêt pour l’astronomie.

Enfant, elle rêvait, raconte-t-elle en cent quarante caractères, de devenir astronaute ou, tout au moins astronome, mais elle s’est retrouvée dessinatrice de bandes dessinées.

Isis arrive au beau milieu d’une conversation entre la curatrice du compte de la Suède et un Chinois de New York qui lui apprend que la Voie Lactée se dit «Rivière d’argent» en cantonais, allant jusqu’à ajouter l’idéogramme à son tweet.

Curieuse, Isis remonte le fil Twitter du compte suédois, glanant les innombrables réponses des quelques 70,000 abonnés à une question qui semble être: «Comment désigne-t-on la Voie Lactée dans votre langue?

Elle apprend avec ravissement que les Premières Nations de la côte ouest canadienne parlent d’esprits qui dansent dans le ciel, les Maoris d’un long poisson, les Arméniens d’un anneau de lait.

Elle retweete le linguiste suédois qui vit en Nouvelle-Zélande et, s’adressant à la dessinatrice, lui demande si elle compte s’inspirer de ces brillantes métaphores véhiculées par la diversité des langues.

Au moment où elle lit sa réponse affirmative, Isis voit surgir un tweet d’un spécialiste de l’intelligence collective qui met en ligne une conversation qu’il a eue il y a quelques années avec un philosophe français qui, quant à lui, dénonce violemment  la malédiction de l’Internet. 

Ce qu’Isis vient pourtant de vivre avec un Chinois de New York, une Américaine de la banlieue de Stockholm, un Suédois de Nouvelle-Zélande et un Arménien d’elle ne sait où, c’est une expérience vivante d’intelligence collective en cours et c’est loin d’être une malédiction!

Le contenu de cette conversation étoilée sur les étoiles importe assez peu, chacun contribuant ses lumières à un projet de bande dessinée dont il ne verra sans peut-être jamais le résultat, car les amitiés instantanées du Web risquent de n’être que des feux de paille en ce premier jour de l’année chinoise du Cheval de Bois.

Tandis que le ciel se vide peu à peu de sa lumière, Isis commente sur sa tablette rétroéclairée le blogue d’un autre de ses contacts qui évoque  les espaces-nous de la sensitivité collective. 

Dans la pièce maintenant envahie par la nuit tombante, elle contemple les ombres qui dansent la sarabande autour d’elle: un oiseau de malheur à tête humaine, une claireaudiente d’un autre siècle, un djinn du désert qui lui a volé une chaussette.

L’intelligence collective de cette conversation dans le cyberespace a lancé des éclats de lumière dans son cerveau, long poisson de synapses en feu, esprits dansants dans son inconscient, anneau laiteux de leur galaxie qu’une poignée d’humains sur la Terre, réunis par le hasard, ont fait scintiller un moment d’images héritées d’anciennes humanités dont ils ont bien voulu se faire les messagers, créant ainsi une passerelle dans le Temps.

Chantier d’écriture de ©La rose des temps

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :